Accueil > Articles >Fabriquer

Fabriquer

Si, en 1810, seuls dix ouvriers forgent des aciers laminés dans le moulin de Sous-Cratet, les succès rencontrés amènent rapidement la société Peugeot à développer des structures plus importantes : une usine à Valentigney dès 1827, une autre à Hérimoncourt quelques années plus tard, puis à Beaulieu, Pont-de-Roide et Audincourt… À la fin du XIXème siècle, la marque au lion emploie près de trois mille personnes, essentiellement dans ses branches cycles et outillage.

Les outils, les articles ménagers, puis les automobiles, sont tout d’abord fabriqués en petites quantités, voire à l’unité. Mais, les constructeurs, pour satisfaire une demande de plus en plus forte, adoptent progressivement les méthodes américaines : les Cycles Peugeot construisent en série le grand bi dès 1882, alors que le torpédo 10 HP Citroën devient en 1919 le premier modèle d’Europe produit selon les théories d’Henry Ford. Après cette phase de rationalisation, vient celle de l’automatisation : la robotisation prend une place prépondérante, et se charge des opérations les plus répétitivesFabriquer une automobile débute, aujourd’hui, par la phase d’emboutissage où l’acier, à l’aide de presses, va être transformé en pièces destinées à la carrosserie du véhicule.

Vient ensuite le ferrage et la naissance de la caisse en blanc (squelette métallique de la voiture). Autrefois, ces pièces étaient vissées sur une ossature bois. Elles sont désormais  assemblées par soudure ou collage, 90% des opérations étant effectuées par des robots.

Par la suite, la caisse est immergée dans des bains d’électrolytes afin de la protéger de la corrosion. On y pose également du mastic pour assurer son étanchéité, puis sont appliquées les bases colorées et les vernis, selon le choix du client.

Les caisses peintes parcourent ensuite les lignes de montage pour recevoir tous les équipements de finition et de confort, ainsi que les organes mécaniques, dont les pièces ont été préalablement fabriquées dans les forges et fonderies, puis usinées et assemblées.

Les véhicules sont enfin essayés en « bout d’usine » avant la livraison au client.

 

Catalogue moto Terrot de 1931.

Catalogue moto Terrot de 1931.

Catalogue de motocyclettes Terrot – 1931

Constructeur légendaire de cycles puis de motocyclettes, l’entreprise dijonnaise fondée par Charles Terrot en 1887 intègre le Groupe Peugeot en 1958.

Ce catalogue de 1931 nous montre la richesse de la gamme de motos, mais aussi l’étendue du savoir-faire technologique de la marque, du monocylindre 175 cm3 deux temps au bicylindre en V à quatre temps de          680 cm3.

 

Affiche publicitaire de 1930.

Affiche publicitaire de 1930.

Affiche publicitaire – 1930

Mise en service en 1899 sous l’impulsion d’Armand Peugeot, l’usine de Lille se spécialise dans la fabrication et la commercialisation de moteurs diesel en 1928 et devient la Compagnie Lilloise de Moteurs.

Actuellement, les moteurs diesel sont fabriqués par la SMAE (Société Mécanique des Automobiles de l’Est) à Trémery, près de Metz, et par la Française de Mécanique à Douvrin, dans le Nord de la France.

 

Site de production de Vigo.

Site de production de Vigo.

Site de production de Vigo (Espagne)

Dans le cadre de sa globalisation, le Groupe s’est ouvert à l’international en créant des unités d’assemblage et de production en Afrique, en Amérique latine ou encore en Asie.

Cette usine, implantée en Galice en 1958, produit aujourd’hui 400 000 véhicules par an, formant ainsi le plus grand site du Groupe à l’étranger.

 

 

Sortie d'ouvriers à l'usine d'Audincourt en 1906.

Sortie d’ouvriers à l’usine d’Audincourt en 1906.

Sortie des ouvriers de l’usine d’Audincourt – 1906

En 1897, un an après la fondation de la Société des Automobiles Peugeot par Armand, la construction de l’usine d’Audincourt est achevée et les premières voitures sortent des ateliers.

Rapidement baptisée « l’usine des autos », on y produira également des moulins à café ou des outils. Plus d’un siècle après sa création, elle fabrique aujourd’hui encore des composants automobiles sous le nom de Faurecia, filiale de PSA Peugeot Citroën.

 

Transport Simca en 1955.

Transport Simca en 1955.

Transport par camions de véhicules Simca – 1955

L’acheminement des véhicules des usines vers les différents points de vente est une activité stratégique que le Groupe a développée activement en créant en 1949 une société de transport et de logistique, la    GEFCO (Groupages de l’Est et de Franche-Comté).

Cette filiale, aujourd’hui présente au niveau international, transporte 3,2 millions de voitures par an.

 

Usine Citroën de Clichy en 1969.

Usine Citroën de Clichy en 1969.

 

Usine Citroën de Clichy – 1969

Au sein du Groupe, un service spécifique est chargé de l’ingénierie et de l’expertise dans le domaine du bâtiment, des infrastructures et de la protection de l’environnement.

Ce plan d’usine de fonderie, établi par le service d’architecture, fait apparaître, à travers la disposition des bâtiments, les différentes étapes de la réalisation d’une pièce.