Accueil > Dossiers >Les expéditions mal connues : la mission Proust Peugeot Chapitre 3

Les expéditions mal connues : la mission Proust Peugeot Chapitre 3

Publié le 14 juin 2019

Chapitre 3 : Dernier chapitre sur la mission Proust Peugeot, le retour des protagonistes et l’arrivée à Paris.

Le trajet de retour est effectué de manière plus rapide via à nouveau Bamako puis le passage plus au nord par Tombouctou, la ville du peuple Touareg, pour rejoindre Gao.
La traversée du fleuve Niger en bac permet de faire connaissance avec un peuple de pêcheur et de batelier : les laptos.
Après Gao la remontée vers le nord jusqu’à Alger reprend le même itinéraire qu’à l’aller.

L’arrivée à Paris se fait le 2 décembre 1930 aux magasins Peugeot de l’Avenue des Champs-Elysées. Les hommes et les voitures sont accueillis en héros après un voyage de 16 000 kilomètres dans des paysages de désert et de brousse, ceci sans avoir à déplorer de pannes ou avaries, toutes les voitures présentes au départ le sont à l’arrivée.

Les objectifs de Louis Proust sont atteints.

Mission Proust - Peugeot

Paris le 02/02/1930 retour de la mission Peugeot Proust

Mission Proust - Peugeot

Paris le 02/02/1930 retour de la mission Peugeot Proust

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Afin d’honorer les membres de l’expédition, la SA des Automobiles Peugeot organise un grand banquet à l’hôtel Claridge à Paris. En plus des membres de l’expédition sont conviés les hautes personnalités officielles, tel le maréchal Lyautey alors commissaire général de la future exposition coloniale internationale de 1931, ainsi que le monde de la presse. Ces festivités supervisées par le général Herr, président du Conseil d’administration de la SA des Automobiles Peugeot, réunissent aussi les dirigeant Robert et Jean-Pierre Peugeot ainsi que plusieurs cadres de la société.

Plusieurs discours sont prononcés dont celui d’Isaak Kloechlin, administrateur de la société des Automobiles Peugeot et chef de l’expédition, dont la narration permet de synthétiser les points forts de cette mission Proust Peugeot : l’utilisation de véhicule du marché sans adaptation technique spécifique, l’absence de support logistique d’accompagnement, des étapes de 500 kilomètres de 15 à 16 heures en moyenne.

Il met en avant la robustesse et la fiabilité des véhicules Peugeot mais aussi les qualités des pneumatiques Dunlop dont l’usure fut insignifiante au vu des conditions de roulage. En conclusion il exprime sa fierté d’avoir mené à bien cette nouvelle mission pour la marque Peugeot, et « l’excellente camaraderie qui ne cessa de régner au cours de cette longue et dure randonnée, entre des hommes souvent éprouvés par le climat, la fatigue et les difficultés du terrain. »

Mission Proust - Peugeot

Peugeot revue n° 76 du 28/02/1930 – Reportage sur le banquet de la mission

Mission Proust - Peugeot

Peugeot revue n° 76 du 28/02/1930 – Reportage sur le banquet de la mission

Mission Proust - Peugeot

Peugeot revue n° 76 du 28/02/1930 – Reportage sur le banquet de la mission